ActualitésLecturesPhotosVidéos

Joyeuses fêtes à toutes et à tous

Image d'illustration de l'article actualité joyeuses fêtes à toutes et à 160Image d'illustration de l'article actualité joyeuses fêtes à toutes et à 160

Mardi 22 décembre 2020

Joyeuses fêtes à toutes et à tous

Au cours des 2 semaines à venir, il n'y aura pas de nouvel article ; nous reprendrons début janvier !
Nous vous transmettons cette très joie carte de vœux que Chloé a spécialement créée, et nous nous joignons à elle pour vous souhaiter de belles fêtes de fin d'année.
Nous vous donnons rendez vous l'année prochaine, et d'ici là, continuez à bien prendre soin de vous et de vos proches.

Planning 2020/2021 stages mensuels ... préparation grades DAN

Image d'illustration de l'article actualité planning 2020 2021 stages mensuels 160 grades danImage d'illustration de l'article actualité planning 2020 2021 stages mensuels 160 grades dan

Mercredi 2 décembre 2020

Planning 2020/2021 stages mensuels ... préparation grades DAN

Stages animés par Patrick QUACH 5e dan et Christophe GODET 5e dan.
Tous les stages auront lieu au :
Gymnase CARPENTIER de 9 h 30 à 12 h 30
230 rue du Ménil
92600 Asnières sur Seine
Métro ligne 13 Station Les Agnettes
Parking
(plus de renseignements sur ce site ou au 07 83 10 87 14)
Des changements peuvent avoir lieu, vérifiez nos annonces ou cet article !
(*) stage validant passage de grade UFA
dimanche 20 septembre 2020 (*)
dimanche 25 octobre 2020 (annulé)
dimanche 29 novembre 2020 (*) (annulé)
dimanche 20 décembre 2020 (*) (annulé)
dimanche 10 janvier 2021 (*) (annulé)
dimanche 24 janvier 2021 (annulé)
dimanche 21 février 2021 (*) (annulé)
dimanche 28 mars 2021 (*) (annulé)
dimanche 25 avril 2021 (*)
dimanche 16 mai 2021

Japon, albums de photographies anciennes

Image d'illustration de l'article actualité japon albums de photographies anciennesImage d'illustration de l'article actualité japon albums de photographies anciennes

Mardi 24 novembre 2020

Japon, albums de photographies anciennes

Albums de photos du Japon du 19e siècle
En cette période de confinement, la commission culture du club vous propose une petite visite guidée des ressources sur le thème du Japon mises à disposition par le Musée National des Arts Asiatiques Guimet, avec les liens directs ⇒ vers les expositions proposées.
Le Musée propose une exposition numérique de sa collection d'albums photos du Japon du XIXe siècle. Rappelons-nous que le Japon reste un archipel fermé jusqu'en 1868, l'ouverture de ses frontières aux étrangers constituant un aspect majeur des politiques de l'ère Meiji.
Les 8 collections rendent accessibles des clichés rares, témoignages d'un Japon entre deux époques, dont certains sites ont d'ailleurs disparu peu de temps après avoir été photographiés, tels que le château d'Osaka.
L'intérêt de la collection réside notamment dans le fait qu'elle rassemble des albums constitués par des photographes occidentaux et japonais.
Chaque collection comprend un ou plusieurs albums, ainsi qu'un onglet dédié à la biographie du photographe et un onglet expliquant les objectifs, le contexte dans lequel l'album a été constitué et comment il a été acquis par le musée Guimet.
À ce titre, la collection SAEGUSA Moritomi, constituée en 1879 sous l'impulsion du Directeur de l'Imprimerie Nationale du Japon est particulièrement riche car elle répond à un objectif d'inventaire des sites et monuments les plus remarquables du Japon.
En effet, à cette époque, la double politique Meijiste de centralisation du pouvoir et d'ouverture du pays expose une partie du patrimoine à la destruction et à la sortie d’œuvres du territoire. D'abord, en imposant le Shintoïsme comme religion d'État, de nombreux temples bouddhistes

Dictionnaire Clint EASTWOOD écrit par Andrea GRUNERT

Image d'illustration de l'article actualité dictionnaire clint eastwood écrit par andrea 160Image d'illustration de l'article actualité dictionnaire clint eastwood écrit par andrea 160

Lundi 16 novembre 2020

Dictionnaire Clint EASTWOOD écrit par Andrea GRUNERT

Des héros solitaires et meurtris. Qui, obstinés jusqu’à l’obsession, se méfient des normes et des institutions officielles. Qui font volontiers usage de la violence, et en sont aussi les victimes, dans un monde sans pitié qui ne leur a jamais laissé le choix. D’un film à l’autre, en soixante ans de carrière, Clint Eastwood a su mettre en scène, grâce à sa magistrale utilisation du clair-obscur, une Amérique déchue où hommes et femmes sont hantés par leurs souvenirs, leurs remords, et leur souhait de rédemption.
Mais ces individualistes forcenés rêvent aussi d’une Amérique utopique, celle des grands espaces de l’Ouest sauvage, où marginaux et laissés-pour-compte trouvent enfin leur place, où les injustices fondamentales sont réparées, où l’amour peut enfin être vécu totalement.
Cette œuvre complexe et paradoxale est aujourd’hui plébiscitée par le public comme par la critique.
De A comme American Sniper ou Amitié à W comme Western ou Forest Whitaker, sans oublier Le Bon, la brute et le truand, Million Dollar Baby ou Sur la Route de Madison, ce dictionnaire décrypte toute l’œuvre de Clint Eastwood, acteur et réalisateur mythique qui n’a jamais renoncé à conjuguer cinéma d’auteur et succès populaire.
Andrea Grunert enseigne le cinéma et la télévision à l’Université Protestante des Sciences Appliquées de Bochum en Allemagne. Elle a soutenu sa thèse de doctorat sur les films de Clint Eastwood à l’Université de Paris X et poursuit actuellement ses travaux sur le cinéaste Masaki Kobayashi.

Portes Ouvertes Initiation gratuite ... 8-17 septembre 2020

Image d'illustration de l'article actualité portes ouvertes initiation gratuite 160 septembre 2020Image d'illustration de l'article actualité portes ouvertes initiation gratuite 160 septembre 2020

Dimanche 6 septembre 2020

Portes Ouvertes Initiation gratuite ... 8-17 septembre 2020

LIEU : Gymnase Georges Carpentier 230, rue du Ménil 92600 Asnières sur Seine
Mardi 8 et 15 septembre de 19 h à 20 h 30.
Jeudi 10 et 17 septembre de 19 h à 20 h 30.
Quatre cours gratuits qui s’adresseront à toutes celles et tous ceux qui souhaitent découvrir l’aïkido (complètement novices dans les arts martiaux ou ayant déjà pratiqué).
Vous pouvez venir au nombre de séances que vous souhaitez.
Nota : cours d’essais également possibles toute l’année.
Se munir d’une tenue souple (de type survêtement, pantalon souple, T-shirt). Une tenue pour un autre art martial est bien aussi.
Dans le cadre des journées ouvertes, si vous pratiquez déjà l’aïkido et souhaitez nous connaître, vous êtes les bienvenus à tous les cours adultes de la semaine.
Pour les enfants ou adolescents, cours d’essai gratuit à chaque séance du mardi (voir horaire sur le site <- cliquez ici ->).
Pour le IAÏDO (art de dégainer le sabre et couper), cours d’essai gratuit à chaque séance (horaires voir notre site).
CONTACT : 07 83 10 87 14 / contact@aikido-asnieres.fr

Forum des associations et ... 5 septembre 2020

Image d'illustration de l'article actualité forum des associations et 160 septembre 2020Image d'illustration de l'article actualité forum des associations et 160 septembre 2020

Vendredi 4 septembre 2020

Forum des associations et ... 5 septembre 2020

Attention : nouveaux horaires
Le forum des associations et du bénévolat d'Asnières se tiendra le samedi 5 et le dimanche 6 septembre 2020 de 9 h à 17 h à Asnières sur Seine, Espace Concorde - Francis Delage, 27 rue de la Concorde.
Venez rencontrer l'Aïkido Club d'Asnières (stand 32) !
Plaquette du forum
Notez toutefois que la tenue du Forum est tributaire de l’évolution de la situation sanitaire.

Reprise des cours saison 2020-2021

Image d'illustration de l'article actualité reprise des cours saison 2020 2021Image d'illustration de l'article actualité reprise des cours saison 2020 2021

Vendredi 28 août 2020

Reprise des cours saison 2020-2021

Forum des associations et du bénévolat samedi 5 septembre 2020.
Portes Ouvertes Initiation gratuite à l’AÏKIDO du 8 au 17 septembre 2020.
Premiers cours de reprise :
- cours adultes mardi 1 septembre à 19 h ;
- cours iaïdo jeudi 3 septembre à 18 h ;
- cours seniors vendredi 4 septembre à 11 h 30 ;
- cours enfants/ados mardi 8 septembre à 18 h ou 19 h (voir site).
Merci de préparer votre inscription (info sur ce site).
Cours d'essai gratuit dès le 1er septembre.

Nouveau site et quelques dates de rentrée

Image d'illustration de l'article actualité nouveau site et quelques dates de 160Image d'illustration de l'article actualité nouveau site et quelques dates de 160

Dimanche 26 juillet 2020

Nouveau site et quelques dates de rentrée

Pendant que l’été s’installait, la fin de la saison est arrivée à petits pas, déjà…
Cependant, avant de se retrouver en septembre, nous vous invitons à découvrir ce nouveau site web, où vous retrouverez forcément des éléments familiers, mais aussi quelques nouveautés !
Et pour la rentrée, voici dès à présent quelques dates :
Mardi 1er septembre reprise des cours adultes et début des réinscriptions
Samedi 5 septembre Forum des Associations
Nous vous souhaitons à toutes et tous un très bel été, prenez bien soin de vous et continuez de rester vigilant(e)s !
À très bientôt !

ACA – Gardons le lien ! (18 juin 2020 ...

Jeudi 18 juin 2020

ACA – Gardons le lien ! (18 juin 2020 ...

Édition numéro 13 du 18 JUIN 2020
Nous vous proposons ce dernier lien vers de la lecture (cliquez dessous !) :
– Le dernier Samouraï : analyse custérienne du film par Jean-Marc Chamot
Nous terminons cette série, sur ce site, aujourd'hui et nous avons pris plaisir de vous la proposer. D'autres choses viendront, restez vigilant-e-s !
À très bientôt nous l’espérons, en vrai cette fois.

ACA – Gardons le lien ! (11 juin 2020 ...

Jeudi 11 juin 2020

ACA – Gardons le lien ! (11 juin 2020 ...

Édition numéro 12 du 11 JUIN 2020
Pour maintenir le contact entre nous, nous vous proposons un lien vers de la lecture (cliquez dessous !) :
– In Memory – En mémoire de Kuroiwa Yoshio d’Ellis Amdur – traduction française de J.-M. Chamot

ACA – Gardons le lien ! (4 juin 2020 ...

Jeudi 4 juin 2020

ACA – Gardons le lien ! (4 juin 2020 ...

Édition numéro 11 du 4 JUIN 2020
Pour maintenir le contact entre nous, nous vous proposons un lien vers de la lecture (cliquez dessous !) :
– Arikawa Sadateru, le maître de l'ombre – par Jean-Marc Chamot

ACA – Gardons le lien ! (28 mai 2020 ...

Jeudi 28 mai 2020

ACA – Gardons le lien ! (28 mai 2020 ...

Édition numéro 10 du 28 MAI 2020
Pour maintenir le contact entre nous, nous vous proposons des liens vers de la lecture et des vidéos (cliquez dessous !) :
– Un regard de bon sens sur l’Aïkido – par Kuroiwa Yoshio
– Entretien de Jean-Marc lors d’un stage à Talence en janvier 2012 (vidéo)

ACA – Gardons le lien ! (21 mai 2020 ...

Jeudi 21 mai 2020

ACA – Gardons le lien ! (21 mai 2020 ...

Édition numéro 9 du 21 MAI 2020
Pour maintenir le contact entre nous, nous vous proposons des liens vers de la lecture et des vidéos (cliquez dessous !) :
– Le travail à genoux – par Jean-Marc Chamot
– Kuroiwa Yoshio, « démonstration en costume », FRIENDSHIP DEMONSTRATION, Tokyo, 1985 (vidéo)

ACA – GARDONS LE LIEN ! (13 MAI 2020 ...

Mercredi 13 mai 2020

ACA – GARDONS LE LIEN ! (13 MAI 2020 ...

Édition numéro 8 du 13 Mai 2020
Pour maintenir le contact entre nous, nous vous proposons des liens vers de la lecture et des vidéos (cliquez dessous !) :
– L'aïkidō en kanji – texte de Nicolas Bernard illustré par Chloé Ménager
Vidéo-conférence mardi 19 mai de 18 h 30 à 19 h 30 (procédure par mail) autour du lexique L'aïkidō en kanji.

ACA – Gardons le lien ! (6 mai 2020 ...

Mercredi 6 mai 2020

ACA – Gardons le lien ! (6 mai 2020 ...

Édition numéro 7 du 6 MAI 2020
Pour maintenir le contact entre nous, nous vous proposons des liens vers de la lecture et des vidéos (cliquez dessous !) :
– Les saisies en aïkido – par Jean-Marc Chamot
– Happogiri – coupes dans les 8 directions – par Jean-Marc Spothelfer (vidéo)

ACA – Gardons le lien ! (29 avril 2020 ...

Mercredi 29 avril 2020

ACA – Gardons le lien ! (29 avril 2020 ...

Édition numéro 6 du 29 avril 2020
Pour maintenir le contact entre nous, nous vous proposons des liens vers de la lecture et des vidéos (cliquez dessous !) :
– Humanisme et bienveillance au service d’une vie de pratique (Seconde partie) – entretien entre Jean-Marc Chamot et Marie Apostoloff
– Bokken – par Jean-Marc Chamot, au Dojo VDB le 8 décembre 2018 (vidéo)

ACA – Gardons le lien ! (22 avril 2020 ...

Mercredi 22 avril 2020

ACA – Gardons le lien ! (22 avril 2020 ...

Édition numéro 5 du 22 avril 2020
Pour maintenir le contact entre nous, nous vous proposons des liens vers de la lecture et des vidéos (cliquez dessous !) :
– Humanisme et bienveillance au service d’une vie de pratique (Première partie) – entretien entre Jean-Marc Chamot et Marie Apostoloff
– Ushiro Waza – par Jean-Marc Chamot, au Dojo VDB le 8 décembre 2019 (vidéo)

ACA – Gardons le lien ! (15 avril 2020 ...

Mercredi 15 avril 2020

ACA – Gardons le lien ! (15 avril 2020 ...

Édition numéro 4 du 15 avril 2020
Pour maintenir le contact entre nous, nous vous proposons des liens vers de la lecture et des vidéos (cliquez dessous !) :
– Sugano Seiichi, la mobilité d'un géant – par Jean-Marc Chamot
– Bokuto et aïkido – par Jean-Marc Chamot, au Dojo VDB le 8 décembre 2019 (vidéo)
– Si – poème de R. Kipling, traduction A. Maurois, musique R. Kaminski

La forge japonaise

Image d'illustration de l'article lecture post-it la forge japonaiseImage d'illustration de l'article lecture post-it la forge japonaise

Mardi 30 mars 2021

La forge japonaise

La forge japonaise
Le mot du trempé !
Ne vous y trompez pas ! Vous connaissez beaucoup de sortes de vins ou de fromages ? Il y en a autant pour les nuances d’acier ! L’acier à ferrer les baudets sera aussi tout à fait employable pour les chevaux, mais en aucune façon il ne pourra servir pour faire des trains d’atterrissage d’Airbus ou une mèche à béton à placer au bout de votre perceuse Black & Decker ®.
Maintenant, place au katana !
D’abord un peu de physique
Grande nouvelle : l’eau solide fond à 0°C. Donc, elle passe de solide à liquide. On dit qu’elle change de phase.
Vraie nouveauté : le sel (de table) fond à +801°C. Là aussi, il change de phase (de solide à liquide).
Sur cette base, à quelle température fondrait un mélange eau-sel à 23% de sel ? Réponse : à -21,2°C. Réponse surprenante ? C’est que la nature n’obéit que fort peu à des modèles linéaires ou à des comportements binaires. C’est le cas des mélanges de matières : ils voient leur comportement composition/température décrit dans des diagrammes de phases (ex. image du haut pour eau/sel, dessous fer/carbone , dans les cercles les aspects observables au microscope optique) :
Diagramme de phase sel + eau
WikipediaLicence Creative Commons
Fer - Diagramme du bilan carbone
Ces phases peuvent transiter du solide au liquide (et inversement) comme le mélange eau-sel ou du solide au solide pour le mélange fer-carbone, peu soluble l’un dans l’autre (il s’agit bien d’une solution solide).
Applications pour le sel (dans

Réflexions sur Ushiro Waza par Jean-Marc Chamot

Image d'illustration de l'article lecture post-it réflexions sur ushiro waza par jean marc 160Image d'illustration de l'article lecture post-it réflexions sur ushiro waza par jean marc 160

Mardi 16 mars 2021

Réflexions sur Ushiro Waza par Jean-Marc Chamot

Dans le curriculum de l’Aïkido contemporain, le travail en Ushiro Waza (les « techniques arrière ») semble des plus déconnectés de situations d’agressions « réelles ». Comme, par ailleurs, les principes qui le régissent sont conceptuellement assez difficiles à appréhender pour les débutants, la question de son utilité semble pouvoir raisonnablement se poser. Cependant – comme c’est souvent le cas avec les arts martiaux japonais – si son étude propose une valeur « faciale » questionnable, l’intérêt « caché » dont il est le vecteur devrait faire pencher la balance en sa faveur et, comme je vais tâcher de le démontrer, il serait probablement dommageable de l’éliminer de notre gamme d’exercices. En effet, une analyse un peu plus poussée de son fonctionnement permet de mettre en évidence des éléments qui peuvent être utilement développés pour le bénéfice global de notre discipline. En dépit des apparences, à moyen et à long terme, ces techniques se révèlent non seulement tout à fait cohérentes structurellement mais aussi véritablement susceptibles d’apporter des outils utiles à l’amélioration de l’ensemble de nos pratiques…
Des origines…
Pour des raisons historiques, les saisies « arrière » étudiées en Daïto Ryu (l’école sur laquelle se fondent à peu près 90% des techniques de l’aïkido « moderne ») sont effectuées par un Uke qui, à une exception près, se présente face à Tori ou arrive derrière lui. En effet, sur les 118 techniques que compte le premier curriculum de l’école – Hiden Mokuroku (« Programme Secret ») – une seule voit Uke arriver latéralement. Ces formes de travail s’apparentent donc à des situations proches de situations militaires de type « commando », l’attaquant visant à éliminer ou

La Genèse dans la mythologie japonaise

Image d'illustration de l'article lecture la genèse dans la mythologie japonaiseImage d'illustration de l'article lecture la genèse dans la mythologie japonaise

Mardi 2 mars 2021

La Genèse dans la mythologie japonaise

La Genèse dans la mythologie japonaise
Introduction
La mythologie japonaise, à l’origine du shintoïsme, est racontée dans deux livres, sous forme de rouleaux sacrés : Le Kojiki (古事記) (an 712) et Le Nihongi (日本紀) (an 720).
Le Kojiki a été rédigé par le conteur Hieda no Are (稗田阿礼) sur instructions de l’empereur japonais Temmu (天武天皇) (622-686), en vue de réunir une version unifiée de la cosmogonie de l’archipel du Japon.
Le premier des trois rouleaux du Kojiki décrit la naissance d’esprits supérieurs : les kami (神) et le récit de la création du monde par un couple de divinités : Izanagi (イザナギ) et Izanami (イザナミ).
Nous tenterons, dans cet article, de nous introduire au cœur de ces kami à l’origine de la création du Japon. Suivez-nous….
Au Commencement…
Au tout début, le chaos régnait sur les Cieux et la Terre qui constituaient à l’époque une seule masse, informe et vide de toute vie.
D’une manière soudaine et inexpliquée, au domaine des dieux nommé Takamagahara (高天原), naquirent les trois premiers kami : Amanominaka-nushi-no-kami (天之御中主神), kami du centre du ciel, Takami-Musuhi (高御産巣日神), kami créateur de merveilles et Kami-Musuhi (神産巣日神), kami créateur de trésors. Ces trois kami, ou esprits, ont longtemps dissimulé leur présence et préféraient rester cachés.
Deux autres kami : Umashi-ashi-kabi-hiko-ji-no-kami (可美葦牙彦舅神) et Ame-no-toko- tachi-no-kami (天之常立神), cachant aussi leur existence, vont naître ; ils sont responsables de la séparation du Ciel et de la Terre. Le premier nom signifie agréable kami aîné, est le prince de la pousse de bambou qui relie la Terre et le Ciel. Le second est le kami qui réside éternellement dans le Ciel, le maintenant ainsi pour

Vérités et mensonges dans le cinéma américain

Image d'illustration de l'article lecture vérités et mensonges dans le cinéma 160Image d'illustration de l'article lecture vérités et mensonges dans le cinéma 160

Mercredi 17 février 2021

Vérités et mensonges dans le cinéma américain

Le cas du Général George Armstrong Custer au cinéma : désinformations historiques volontaires ou distorsions hollywoodiennes ?
Alors qu’il figure au premier rang du panthéon des héros américains, le Général George Armstrong Custer est relativement méconnu de ce côté-ci de l’Atlantique.
Autant adulé par les uns que détesté par les autres aux Etats-Unis, ce personnage emblématique de l’époque violente de l’Ouest américain est devenu mythique immédiatement après sa mort au champ d’honneur, le 26 juin 1876. A cause du mystère qui entoure ses derniers moments, bien longtemps avant ses premières apparitions sur la toile, Custer est également devenu un remarquable symbole de ce que le mot distorsion historique veut dire. L’histoire de sa vie plus grande que nature influença les metteurs en scène et la filmographie le concernant est pour le moins imposante : de 1909 à nos jours, plus d’une centaine de films et feuilletons l’ont évoqué. Une cinquantaine de documentaires se sont également penchés sur son cas. C’est que ce personnage haut en couleur est archétypal de ce que films et feuilletons peuvent apporter comme transformations au parcours d’un homme célèbre. Toutes les étapes de sa vie hors du commun ont été revues et chacun des soi-disant événements authentiques le concernant ont été récupérés et, bien sûr, modifiés. Alors que son histoire et sa vie ont été en réalité bien plus riches et plus complexes que ce à quoi les images hollywoodiennes l’ont souvent réduit, il a alternativement servi de héros exemplaire, de personnage ambigu ou de bouc émissaire…
De l’Histoire…
Une telle situation mérite que l’on s’attarde un peu plus précisément sur l’histoire

Souvenirs croisés de… Patrice Herpin et Jean-Marc ...

Image d'illustration de l'article lecture souvenirs croisés de patrice 160 jean marc chamotImage d'illustration de l'article lecture souvenirs croisés de patrice 160 jean marc chamot

Mercredi 3 février 2021

Souvenirs croisés de… Patrice Herpin et Jean-Marc ...

New York, New York !!!
La rapide présentation qui suit concerne l’Aïkikaï de New-York et s’inscrit dans le droit fil de celle de l’Aïkikaï de Tokyo. En effet, l’appellation même du Dojo « Aïkikaï » met en exergue – au moins « architecturalement » – l’importance de la filiation dans l’Aïkido et nous permettra à nouveau d’avoir un regard croisé décalé dans le temps.
Le contexte du voyage de Patrice Herpin et la préparation des visites au Dojo de New York City :
Je vais évoquer ici un voyage que j’ai récemment réalisé – au printemps 2019 – dans la ville certainement la plus cosmopolite des Etats-Unis, à savoir celle que l’on surnomme « The Big Apple » (la Grosse Pomme). Avant de me rendre dans ce lieu j’avais bien sûr pris des renseignements sur le site de ce « World famous club » pour préparer au mieux ma visite. Cette recherche avait été complétée par la lecture de l’entretien donné par le maître des lieux – Maître Yamada Yoshimitsu – qui avait été publié en 2018 dans le numéro deux de la revue Yashima.
Présentation rapide de Maître Yamada :
A 18 ans, en 1955, sur les conseils de son oncle Abé Tadashi alors 6e dan et lui-même ancien élève de Ueshiba Moriheï (et deuxième japonais à avoir introduit l’Aïkido en France), Yamada Yoshimitsu est devenu un Soto Deshi du fondateur au Hombu Dojo. Il se retrouve donc de facto contemporain de plusieurs autres maîtres historiques, notamment Sugano Seiichi et Tamura Nobuyoshi. Tous trois devinrent rapidement les meilleurs amis du monde et c’est cette fraternité d’armes qui peut expliquer les visites régulières

Entretien (fleuve) avec Jean ... juillet 2019 (3/3)

Image d'illustration de l'article lecture entretien fleuve avec jean 160 2019 3 3Image d'illustration de l'article lecture entretien fleuve avec jean 160 2019 3 3

Mardi 19 janvier 2021

Entretien (fleuve) avec Jean ... juillet 2019 (3/3)

PARTIE III/III
Aj : Tu t’es demandé pourquoi Léo Tamaki a quitté la FFAB ?
JM : Je voudrais d’abord parler des conséquences de la disparition d’un leader en général et évoquer aussi d’autres organisation que celle de Léo Tamaki. Quand une figure aussi marquante que Maître Tamura disparaît, il y a forcément des personnes dont la mission est de faire perdurer l’organisme dans lequel ils ont été formés grâce à cette personne. Parallèlement, d’autres pensent que ceux qui restent ne transmettent pas le message comme ils l’entendraient et ils préfèrent suivre leur propre chemin. Il en va de la sorte dans le système japonais lorsque l’on suit le principe de Shu Ha Ri, en allant du copiage du maître jusqu’à l’indépendance loin de celui-ci. Donc, à la mort de Maître Tamura, il y a eu plusieurs personnalités qui, bien que faisant partie de ses anciens élèves, ont quitté la FFAB. Parmi elles, certaines avaient pu jouer des rôles cruciaux dans le cadre fédéral. Cependant, contrairement à ce qui a pu être dit, ils ne sont pas forcément partis pour fonder d’autres « fédérations » en tant que telles… Dans tous les cas, ni Stéphane Benedetti, ni Tiki Shewan, ni René VDB n’avaient comme vocation d’en fonder une, d’une part parce que Mutokukai Europe existait depuis longtemps et d’autre part parce qu’il me semble que ce qu’ils cherchaient, c’était la possibilité de s’exprimer dans un contexte qui leur convenait. C’était Stéphane qui avait fondé Mutokukaï comme une amicale bien avant la disparition de Maître Tamura (les statuts avaient été déposés en janvier 2001) et ce n’avait

Entretien (fleuve) avec Jean ... juillet 2019 (2/3)

Image d'illustration de l'article lecture entretien fleuve avec jean 160 2019 2 3Image d'illustration de l'article lecture entretien fleuve avec jean 160 2019 2 3

Mardi 12 janvier 2021

Entretien (fleuve) avec Jean ... juillet 2019 (2/3)

PARTIE II/III
A un moment donné, dans les années 90, Maître Tamura a clairement exprimé ce ressenti par rapport aux difficultés rencontrées dans la gestion de la fédération en disant « jusqu’à présent j’avais à gérer mes adversaires sur le tapis mais maintenant c’est avec la fédération que mon combat se trouve ». Cela n’a donc pas toujours été simple pour lui parce qu’il lui fallait continuer à avancer pour diffuser le message de O’Senseï. Il a pratiquement continué à enseigner jusqu’à la fin de ses jours, même quand il était déjà très malade, c’était vraiment ça sa mission sur terre. A titre personnel, parmi les multiples souvenirs que j’ai de lui, pendant ces milliers d’heures passées à tenter de comprendre ce qu’il voulait nous transmettre, j’en garde certains plus précisément. Ce sont les moments vécus en dehors du tapis, lors des premiers stages qu’il dirigeait à Paris, lorsque nous nous retrouvions à quelques-uns pour des repas conviviaux. Il y avait vraiment un fort sentiment de fraternité. J’étais alors souvent le plus jeune du groupe, mais il montrait une véritable gentillesse, une volonté de transmettre et d’accompagner. Sur le tapis, ce n’était pas toujours confortable car il estimait, je crois, que former consistait entre autres à vous remettre régulièrement en question. Cependant, comme il mettait en même temps énormément de sincérité dans la relation, étant direct et simple dans ses rapports à l’autre, son message était tout à fait recevable. Donc, comme à la fin de sa vie, il était obligé de se protéger à ce titre-là - entre autres

Entretien (fleuve) avec Jean ... juillet 2019 (1/3)

Image d'illustration de l'article lecture entretien fleuve avec jean 160 2019 1 3Image d'illustration de l'article lecture entretien fleuve avec jean 160 2019 1 3

Mardi 5 janvier 2021

Entretien (fleuve) avec Jean ... juillet 2019 (1/3)

PARTIE I / III
Je voudrais d’abord apporter de manière anticipée quelques précisions lexicales à mon propos. Le terme « martial » correspond étymologiquement plutôt à un contexte « guerrier » alors que la discipline que nous pratiquons - l’aïkido - est une discipline usant de méthodes qui relèvent plutôt des nécessités d’une police « civile » que de combats « militaires ». Nous n’utilisons pas des armes de guerre, des fusils d’assaut ou des lances roquettes, etc., nous n’utilisons pas d’armes à feu. L’éducation à l’emploi des armes proposée par l’aïkido est avant tout conceptuelle car nos armes sont en réalité celles d’un passé japonais révolu. Certes, elles permettent de développer intelligemment et de manière très intéressante les concepts de l’aïkido mais elles sont clairement datées. En effet, il est évident que si un bâton, un couteau en bois ou un sabre en bois pourraient éventuellement présenter une utilité - restreinte - dans un combat de rue, leur emploi sur un champ de bataille moderne serait plutôt suicidaire. Nos techniques à mains nues sont certes toujours combatives mais plus vraiment adaptées à un champ de bataille du XXIe siècle. Par contre, l’esprit qu’un tel travail permet de développer, la conscience du danger, la perception de différentes distances, le travail sur l’intention, etc. ce sont là des compétences utiles dans bien des situations, martiales ou non d’ailleurs. Tout ceci pour dire qu’il faut donc rester prudent avec le vocabulaire que l’on emploie et préciser ce que l’on entend par « martialité », expression qu’il ne faut d’ailleurs pas confondre avec

Analyse du film « L’Héritage ... (Gojūman-nin no isan)

Image d'illustration de l'article lecture analyse du film l héritage 160 no isanImage d'illustration de l'article lecture analyse du film l héritage 160 no isan

Mardi 15 décembre 2020

Analyse du film « L’Héritage ... (Gojūman-nin no isan)

Mémoire de la guerre et film d’aventure
L'Héritage des 500.000 (Gojūman-nin no isan), Japon, 1963
Par Andrea Grunert, Docteure en cinéma, Enseignante à l’Université Protestante de Bochum (Allemagne), amie et ancienne collègue de Jean-Marc Chamot.
(Paru initialement sur le site Le blog Droit et cinéma le 10 avril 2019).
L'Héritage des 500.000, le seul film réalisé par Toshirō Mifune, a bénéficié d’une sortie en salles en France en une version restaurée, au mois d’avril 2019. Mifune, une des grandes stars du cinéma japonais et une des rares vedettes nippones internationalement reconnues, avait fondé sa maison de production en 1963. Il joue le rôle principal dans son film qui est une co-production des Productions Mifune avec Takarazuka à Osaka, une filiale du studio Tōhō à Tokyo.
Mifune et Kurosawa : une relation prolifique qui a marqué l’histoire du cinéma
Mifune (1920-1997) a fait sa première apparition à l’écran dans le film de gangsters La Montagne d’argent/Ginrei no hate de Senkichi Taniguchi en 1947. Il est devenu ensuite l’acteur fétiche d’Akira Kurosawa avec qui il a tourné seize films de 1948 à 1965. Ainsi, est-il la vedette de plusieurs films-phares de l’histoire du cinéma dont Rashōmon (Japon, 1950) et Les Sept Samouraïs/Shichinin no samurai (Japon, 1954). C’est avec Le Garde du corps/Yojimbō (Japon, 1960), l’histoire d’un rōnin (un samouraï sans maître) que les deux hommes ont renouvelé le jidai-geki (genre historique dont l’action est généralement située dans l’époque dite « Edo » ou « Tokugawa », c’est-à-dire durant le règne des shogun Tokugawa de 1603 à 1867), en subvertissant ses conventions par un mélange de dynamisme et d’humour.

Zanshin, un état de vigilance paisible

Image d'illustration de l'article lecture zanshin un état de vigilance paisibleImage d'illustration de l'article lecture zanshin un état de vigilance paisible

Mardi 8 décembre 2020

Zanshin, un état de vigilance paisible

Zanshin, « l’esprit qui demeure »
Au-delà de la dextérité aux armes dont les guerriers japonais de l’époque médiévale pouvaient légitimement s’enorgueillir, ce qui conditionnait leur survie était l’usage de cet état de conscience calme qui porte le nom de « Zanshin »… et prend en compte plusieurs principes. Il ne semblerait donc pas déraisonnable pour les Budokas des temps modernes de s’interroger quant à l’utilité d’analyser cet élément afin de mieux le connaître et de le développer puis de l’entretenir, en le plaçant à leur tour au cœur de leur formation.
Un élément fondamental
Etymologiquement, les idéogrammes utilisés – littéralement Zan : « laisser, en reste » et Shin : « l’esprit » – peuvent tout autant signifier la vigilance du corps que celle du cœur. Cette attitude de pleine lucidité par rapport à son environnement, si nécessaire dans les disciplines de combat japonais, n’est cependant pas exclusivement réservée au Budo. En effet, d’autres arts japonais – non combatifs – comme l’Ikebana (l’arrangement floral), le Sumi-é (le lavis, peinture à l’encre noire), le Chado (la cérémonie du thé), visent eux aussi à travailler la persistance de la pensée après le geste. L’origine de ce phénomène est à rechercher dans un aspect central à toutes ces activités artistiques : le Zen. Cette forme de philosophie antirationnelle et antiscolastique incite à partager pleinement l’esprit du geste par l’abandon de toute tension en un processus de détachement qui permet la vigilance. Au Japon, le Zen a tout autant été influencé par le Shintoïsme que par le Bouddhisme, sans toutefois constituer une religion en soi, du moins pas comme nous les concevons en Europe, En fait,

Souvenirs de Dojo du ... Hombu de Tokyo

Image d'illustration de l'article lecture souvenirs de dojo du 160 de tokyoImage d'illustration de l'article lecture souvenirs de dojo du 160 de tokyo

Mardi 1 décembre 2020

Souvenirs de Dojo du ... Hombu de Tokyo

Souvenirs croisés de...
Patrice Herpin et Jean-Marc Chamot
Tout d’abord voici quelques souvenirs récents et la vision des lieux par Patrice ; vous pourrez ensuite lire les souvenirs de Jean-Marc qui remontent quant à eux à une période – un peu ! – plus ancienne.
La rapide présentation qui suit est sans prétention et n’est pas le résultat d’une longue pratique à l’Aïkikai de Tokyo mais au contraire d’un bref passage lors de ce que l’on peut qualifier de « tourisme martial » dans ce Dojo historique. Construit en béton sur quatre étages, il a été inauguré en 1967 soit deux ans avant la mort du fondateur. Il a remplacé l’ancien Kobukan qui avait quant à lui été aménagé en 1931, à l’aide d’une structure en bois. Ce bâtiment est aussi appelé « Hombu Dojo », terme qui désigne le Dojo central d’une discipline (précisément « Quartier Général »). Il est très emblématique car il représente beaucoup dans l’imaginaire des pratiquants passionnés que nous sommes. Cela explique le choix de commencer cette rubrique « Souvenirs de Dojo du Monde » par un regard croisé avec mon « mentor », alias Jean-Marc. Notre approche a pour objectif de vous faire partager nos expériences réciproques et d’échanger avec vous.
  L'ancien... et le nouveau !
Le contexte du voyage.
J’avais effectué mon premier séjour au Japon en août 2010, pendant l’été donc, saison qui est encore plus marquée qu’en France par une forte chaleur et surtout un taux d’humidité très élevé, on y a presque parfois l’impression de respirer de l’eau ! J’ai été alors membre d’un groupe effectuant un « Master

MIFUNE Toshirō, acteur

Image d'illustration de l'article lecture mifune toshirō acteurImage d'illustration de l'article lecture mifune toshirō acteur

Mardi 17 novembre 2020

MIFUNE Toshirō, acteur

Mifune Toshirō, acteur
Par Andrea GRUNERT, Docteure en cinéma, Enseignante à l’Université Protestante des Sciences Appliquées de Bochum (Allemagne), amie et ancienne collègue de Jean-Marc Chamot.
(Article paru initialement dans la revue Jeune Cinéma n° 392-393, février 2019. p. 51-55).
 
Un jeune homme à la chevelure indisciplinée, au sourire cruel, au regard méprisant a fasciné les spectateurs japonais de l’année 1947. C’est Toshirō Mifune dans La Montagne d’argent (Ginrei no hate), film de Senkichi Taniguchi. Dans son premier rôle, Mifune joue un gangster en fuite dans les Alpes japonaises. Eijima, enclin à la violence, n’hésite pas à menacer un homme sans arme, mais il est aussi le rebelle qui se moque de tout et surtout de l’idylle de la petite communauté montagnarde dans le refuge qui amène son complice à se repentir. Contrairement à celui-ci, il ne cesse de se plaindre de la pauvreté du lieu et refuse toute coopération. Il exprime – par la parole et par son allure résistante – ce que les spectateurs de l’immédiat après-guerre n’osaient pas dire. Eijima exprime ses frustrations par les mots et les gestes, incarnant la révolte face à l’opportunisme. C’est le jeu intense de Mifune, inhabituel pour les spectateurs japonais, qui a renforcé le portrait du jeune rebelle et a contribué à son succès.
Un succès inattendu pour Mifune qui n’avait pas l’intention de devenir acteur, mais qui, faute de trouver un emploi comme assistant à la caméra, s’était présenté au concours « Nouveaux Visages » du studio Toho. Né le 1er avril 1920 à Qingdao (Chine) et ayant passé son enfance et son adolescence dans

Le dernier Samouraï : analyse ... par Jean-Marc Chamot

Image d'illustration de l'article lecture le dernier samouraï 160 analyse 160 jean marc chamotImage d'illustration de l'article lecture le dernier samouraï 160 analyse 160 jean marc chamot

Mercredi 17 juin 2020

Le dernier Samouraï : analyse ... par Jean-Marc Chamot

The Last Samuraï
Le dernier Samouraï : analyse custérienne du film
Le dernier long métrage en date à employer George Armstrong Custer comme repère historique est le fait d’Edward Zwick, passionné par l’histoire du Japon et par le cinéma japonais. Celui-ci, le 1er décembre 2003, mène à terme l’un de ses rêves en réalisant The Last Samurai (Le Dernier samouraï). Si Custer est absent du film, le héros de l’intrigue, le capitaine Nathan Algren, joué par Tom Cruise, a combattu sous ses ordres et la mémoire du Général est évoquée à plusieurs reprises, avec insistance.
Le film commence à la fin du mois de juin 1876. On découvre alors que le capitaine Algren est lié par contrat publicitaire avec la firme Remington. Héros des guerres indiennes et officier du 7e Régiment de Cavalerie sous les ordres de Custer, il expose au public de la foire de Chicago les qualités de la nouvelle carabine à sept coups commercialisée par la marque Remington. Lors de la démonstration projetée sur l’écran au bénéfice du spectateur, il parle de la bataille de la Little Big Horn et la foule semble être au courant.
Algren a participé aux guerres indiennes et des cauchemars le hantent régulièrement, lui rappelant certaines des missions effectuées par les Tuniques Bleues à l’encontre d’indiens que la mise en scène ne permet pas d’identifier. Devenu alcoolique, il revoit sans cesse ce qui ressemble à la bataille de la Washita. Aussi, lorsque son ancien chef, le colonel Bagley, lui propose une mission lucrative il pense qu’en s’éloignant de la

In « Memory » de Kuroiwa ... traduction J.-M. Chamot

Image d'illustration de l'article lecture in 160 memory 160 de kuroiwa 160 j m chamotImage d'illustration de l'article lecture in 160 memory 160 de kuroiwa 160 j m chamot

Mercredi 10 juin 2020

In « Memory » de Kuroiwa ... traduction J.-M. Chamot

Notice nécrologique rédigée par Ellis Amdur à la mémoire de…
Kuroiwa Yoshio (1932/2010)
Introduction d’Ellis Amdur
Kuroiwa Yoshio était un personnage unique à l’Aïkikaï. Quoiqu’étant l’un des plus anciens Shihan de l’après-guerre, il a toujours refusé tout grade après le 6e dan. En fait il avait refusé tout grade jusqu’à ce que Ueshiba Kishomaru (le 2e Doshu) lui demande personnellement d’accepter un 6e dan parce que l’envoyer enseigner dans des dojos sans aucun grade devenait embarrassant. Kuroiwa était provocateur, presque rebelle mais il continua à participer à l’organisation – fonctionnant parfois comme un grain de sable sous une apparence apparemment policée – mais néanmoins largement ignoré. Il était techniquement original avec une forme technique singulière. Aurait-il été différent, et si sa santé avait été meilleure, il aurait pu monter sa propre organisation comme Shioda ou Tomiki l’avaient fait. Au lieu de cela il est resté dans le droit fil de l’Aïkikaï… ou presque, car iconoclaste comme il l’était, il n’était pas partisan de la langue de bois.
D’une certaine manière, il semblait être pris dans une sorte de chiasme temporel remontant à l’époque où il était un jeune boxeur de haut niveau au corps athlétique et un bagarreur de rue quasi invincible mais, aussi, un pratiquant d’aïkido merveilleusement innovant. Si ses traits étaient émaciés c’était parce que, suite à un ulcère, les chirurgiens avaient dû lui retirer la moitié de l’estomac lors d’une importante opération à laquelle il avait néanmoins survécu plusieurs dizaines d’années. En dépit de cette apparente fragilité, Kuroiwa avait l’une des poignes les plus puissantes que j’ai jamais pu ressentir.

Arikawa Sadateru, le maître ... par Jean-Marc Chamot

Image d'illustration de l'article lecture arikawa sadateru le maître 160 jean marc chamotImage d'illustration de l'article lecture arikawa sadateru le maître 160 jean marc chamot

Mercredi 3 juin 2020

Arikawa Sadateru, le maître ... par Jean-Marc Chamot

ARIKAWA Sadateru, le maître de l’ombre
Arikawa Sadateru fut l’une des éminences grises de l’Aïkikaï, Maître de l’ombre, il eut une influence décisive dans l’évolution de la discipline, notamment par son rôle de rédacteur en chef de l’Aïkido Shinbun.
J'aimerais revenir sur la personnalité d'un de ces personnages discrets qui ont souvent joué des rôles considérables dans l'histoire de l'aïkikaï de Tokyo, à savoir... Arikawa Sadateru (1930-2003)...
Lors de mes visites au Japon dans les années 80, je n'avais malheureusement jamais trouvé le temps d'assister au cours du mercredi que cet expert – à la réputation de pratiquant pour le moins « rugueux » – donnait à la maison mère où il avait commencé à pratiquer en 1948. Aussi, lorsqu'au début des années 90, Gérard Gras, Président FFAB de la Ligue d'Ile de France, a proposé de l'inviter par l'entremise de Stéphane Benedetti, j'ai été ravi par la perspective d'avoir enfin la possibilité de suivre son enseignement. Je n'ai pas été déçu car Maître Arikawa s'est véritablement révélé conforme à sa réputation de personnage original.
Il était de taille moyenne – celle d'un japonais de sa génération – mais très solidement bâti. Sa chevelure formait une sorte de touffe noire avec une raie centrale qui agrandissait le volume de sa tête et attirait le regard vers ses yeux qui exprimaient une grande vivacité de pensée et vous transperçaient lorsqu'ils croisaient les vôtres.
Limpidité de l’enseignement
Sur le tatami (mais en dehors également) sa démarche pouvait presque paraître lourde tellement sa stabilité était grande. Cependant, une fois qu'il commençait à pratiquer, on pouvait constater que ce

Un regard de bon ... par Kuroiwa Yoshio

Image d'illustration de l'article lecture un regard de bon 160 kuroiwa yoshioImage d'illustration de l'article lecture un regard de bon 160 kuroiwa yoshio

Mercredi 27 mai 2020

Un regard de bon ... par Kuroiwa Yoshio

Un regard de bon sens sur l’Aïkido
Par KUROIWA Yoshio
Paru dans le magazine anglophone Aiki News N° 66 (Février 1985) / Traduction française : André Hincelin
Puisqu’il n’y a pas de compétition en Aïkido, nous devons réfléchir attentivement à la nature de notre entraînement. L’aspect spirituel de la pratique est également important, mais s’il est exagéré, notre entraînement prend une tournure idéaliste, et l’aspect réaliste est négligé. « Kata » (la forme) et « Waza » (la technique) doivent être correctement reconnues dans la pratique.
De « Kata » vers « Waza ».
Les Katas doivent être pratiqués selon un certain ordre ou selon une méthode prédéfinie, basée sur une relation rationnelle (Riai). Ainsi, nous ne chutons pas parce que nous sommes projetés, mais plutôt parce que nous pratiquons un Kata dont le dessein, pour ce qui nous concerne, est d’être projeté. Une fois que nous maîtrisons un mouvement rationnel (Kata), il s’exprime sous la forme d’un mouvement naturel (Waza). Ce qui signifie que si vous êtes capable d’exécuter un Kata spontanément, en tant que résultat d’une pratique répétée, vous n’êtes plus en train de réaliser un Kata, mais d’exécuter un Waza. À travers le Kata, nous apprenons, et ce, inconsciemment. Autrement dit, tant que les mouvements requièrent notre attention, ce sont des Kata, quand les Kata deviennent spontanés, ce sont des Waza.
Nous pratiquons d’abord les Kata de base (Kihon Waza, techniques de base) pour apprendre les mouvements d’Aïkido. Les basiques sont les modèles (la façon de voir et de penser), et procurent un regard sensé pour observer correctement les choses. Nous devons

LE TRAVAIL À GENOUX – PAR JEAN-MARC CHAMOT

Image d'illustration de l'article lecture le travail à genoux 160 8211 par jean marc 160Image d'illustration de l'article lecture le travail à genoux 160 8211 par jean marc 160

Mercredi 20 mai 2020

LE TRAVAIL À GENOUX – PAR JEAN-MARC CHAMOT

Faut-il se mettre à genoux devant le travail en Suwari waza ?
La question de l’intérêt du travail à genoux en aïkido – que ce soit en Suwari waza ou en Hanmihantachi waza – est de plus en plus régulièrement abordée dans les dojos, sans que, jusqu’à présent, ait pu être définitivement résolue la controverse qui touche aux avantages et aux inconvénients que présentent ces exercices. Chacun des experts interrogés au fil du temps a exposé ses vues en tant qu’enseignant – souvent avec une grande franchise quant à un dogme « traditionaliste » d’ailleurs – en mettant en perspective son propre passé de pratiquant qui a pu à l’occasion être marqué par des souvenirs d’exercices traumatisants. Tout ce que l’on peut lire sur le sujet montre que chacun a honnêtement tenté de prendre un maximum d’éléments en compte afin d’élaborer une ligne de défense aussi cohérente que possible de sa position.
Mon but sera donc d’abord de proposer une sorte d’état des lieux sur ce sujet puis d’envisager modestement quelques pistes de réflexion et quelques approches techniques qui pourraient servir d’outils pour aborder ces positions et exercices de la façon la plus sécurisante possible. Mes propos viseront à proposer quelques garde-fous pour accompagner autant l’enseignant dans sa pédagogie que le pratiquant lambda dans sa pratique, qu’il soit débutant ou confirmé.
Quelques rappels anatomiques fondamentaux…
Pour ce qui intéresse notre pratique, il faut d’abord mettre en perspective le fait que la structure même du genou ne s’est que partiellement modifiée sur la durée (quelques millions d’années durant, tout de même !), sa constitution

Les saisies en aïkido – par Jean-Marc Chamot

Image d'illustration de l'article lecture les saisies en aïkido 160 8211 par jean marc 160Image d'illustration de l'article lecture les saisies en aïkido 160 8211 par jean marc 160

Mardi 5 mai 2020

Les saisies en aïkido – par Jean-Marc Chamot

Les saisies en aïkido, un thème touchant aux fondamentaux de la pédagogie de l’aïkido…
Quid de l’efficacité ?
Parler des saisies en aïkido implique de mettre en perspective la procédure pédagogique la plus couramment employée dans nos dojos. En effet, notre formation fait la part belle à l’étude de cette capacité spécifique de l’être humain qui – comme le disent les dictionnaires – consiste à « saisir, agripper ou retenir… » le corps de l’adversaire en contrôlant manuellement l’un de ses membres ou une partie de ses vêtements.
Avant d’aborder plus précisément ce sujet, peut-être est-il d’abord utile de revenir sur ce qui constitue la raison d’être de tout art martial ou de tout sport de combat, à savoir l’efficacité. Au vu de l’attractivité exercée par les pratiques concurrentes de l’aïkido que le public semble dorénavant trouver plus efficientes, la question se pose de savoir s’il ne faudrait pas revoir les modes opératoires de notre formation. Ne devrait-on pas privilégier dans nos cours une approche plus directement « combative » en lieu et place du parcours « à long terme » actuellement privilégié, ce cheminement qui fait la part belle à l’étude des saisies ? Le but serait de rester attractif et de revaloriser notre crédibilité sans risquer de dénaturer notre pratique pour autant… Une gageure en fait !
Pour reformuler la chose, est-il bien utile de continuer à passer autant de temps à étudier le travail des saisies alors qu’il serait peut-être plus intéressant de prioriser les exercices contre des attaques frappées ? Du point de vue de l’entraînement, quel est véritablement

Jean-Marc Chamot : humanisme et ... pratique (partie 2)

Mardi 28 avril 2020

Jean-Marc Chamot : humanisme et ... pratique (partie 2)

Entretien entre Jean-Marc Chamot et Marie Apostoloff paru dans le numéro Hors-série Spécial Aïkido n°9 de Dragon Magazine (octobre 2015).
Marie Apostoloff : Jean-Marc Chamot pratique l'aïkido depuis plus de quarante an. Il côtoie pendant de longues années certains élèves directs du fondateur et assure même l'interprétariat des stages de maître Sugano pendant près de neuf ans. Chargé de la formation à l’Ecole des Cadres régionaux en Ile de France, la pédagogie est sa seconde passion, la fraternité son crédo. Il retrace avec nous son parcours, d'une richesse exceptionnelle, et se fait un plaisir de nous faire partager sa vision sur le monde du Budo. Au-delà de ses connaissances aussi nombreuses que variées, ce qui m'a particulièrement plus chez Jean-Marc sont ses qualités humaines.
Seconde partie
MA : Comment faites-vous travailler le mental à vos élèves ? Mettez-vous en place des exercices ?
JMC : Oui, j'attends de mes élèves que chaque chute à peine finie, ils soient déjà debout, dans un état de vigilance et de disponibilité. Cette idée va de pair avec le soin mis à ne jamais se laisser abattre. C'est également par le biais de remarques apparemment anecdotiques que je tente de leur apporter du grain à moudre, mais, dans tous les cas, on ne peut pas tout donner au début. Il y a beaucoup (trop ?) d'éléments à prendre en compte, tout le monde n'est pas susceptible d'absorber la même quantité d'informations, chacun se construit à son rythme... Il faut juste essayer de guider ceux qui désirent ce genre d’accompagnement. C'est surtout lorsque les pratiquants commencent à évoluer

Jean-Marc Chamot : humanisme et ... pratique (partie 1)

Mardi 21 avril 2020

Jean-Marc Chamot : humanisme et ... pratique (partie 1)

Entretien entre Jean-Marc Chamot et Marie Apostoloff paru dans le numéro Hors-série Spécial Aïkido n°9 de Dragon Magazine (octobre 2015).
Marie Apostoloff : Jean-Marc Chamot pratique l'aïkido depuis plus de quarante an. Il côtoie pendant de longues années certains élèves directs du fondateur et assure même l'interprétariat des stages de maître Sugano pendant près de neuf ans. Chargé de la formation à l’Ecole des Cadres régionaux en Ile de France, la pédagogie est sa seconde passion, la fraternité son crédo. Il retrace avec nous son parcours, d'une richesse exceptionnelle, et se fait un plaisir de nous faire partager sa vision sur le monde du Budo. Au-delà de ses connaissances aussi nombreuses que variées, ce qui m'a particulièrement plus chez Jean-Marc sont ses qualités humaines.
Première partie
Marie Apostoloff : Quand avez–vous commencé la pratique de l’Aïkido et pourquoi ?
JMC : Mon 1er timbre de licence date de 1972–1973, alors que j'étais en 1ère au lycée. A l'époque j'ignorais totalement l'existence de l’Aïkido et je voulais faire du Karaté ou du Judo.
Je voulais apprendre à me battre et à me défendre. J’appréciais les films de Bruce Lee et je voulais lui ressembler, savoir gérer mon corps dans des situations similaires (Rires). Je ne me rendais pas compte de ce que cela représentait…
C'est finalement un de mes camarades de classe, un Judoka qui s'initiait alors à l'Aïkido qui m'emmena dans mon premier club, dans la banlieue sud de Paris.
MA : Vous vous êtes donc inscrit à votre tout premier cours d'Aïkido, qui était votre 1er enseignant ?
JMC : Mon premier enseignant s'appelle Yvon Penglaou,

Sugano Seiichi, la mobilité ... par Jean-Marc Chamot

Image d'illustration de l'article lecture sugano seiichi la mobilité 160 jean marc chamotImage d'illustration de l'article lecture sugano seiichi la mobilité 160 jean marc chamot

Mardi 14 avril 2020

Sugano Seiichi, la mobilité ... par Jean-Marc Chamot

Sugano Seiichi était le géant débonnaire de l’Aïkido. Doté d’une carrure massive, il avait tous les éléments pour incarner un Aïkido tout en puissance et solidité. Jean-Marc CHAMOT nous explique à quel point il n’en fut rien, Sugano senseï proposant une pratique subtile, mobile et dynamique, où il allégeait le partenaire au lieu de l’écraser. Un témoignage passionnant.
Sugano Seiichi, né en 1939 à Otaru (en Hokkaido) avait pratiqué le judo sérieusement plus de six ans lorsqu'il lut un article de magazine qui parlait de l'aïkido. Il se présenta au Hombu dojo de l'Aïkikaï à Tokyo en 1957 et rencontra Ueshiba Kisshomaru alors responsable de la maison mère. Après un an de pratique, il devint l'un des Uchi Deshi de O Senseï Ueshiba Morihei. Il resta au Hombu dojo jusqu'en 1965 puis partit pour l'Australie, initialement pour accompagner son épouse australienne dans la famille de cette dernière. Ayant beaucoup fréquenté les militaires américains auxquels il enseignait, il s'adapta sans problème à ce nouveau pays, lui qui n'était jusqu'alors jamais sorti du Japon et il y resta et y enseigna l'aïkido jusqu'en 1979.
Lorsque sa vie familiale changea, à l’invitation de son ami Tamura Nobuyoshi, il s'installa ensuite en Belgique pour neuf ans, animant alors régulièrement des stages dans toute l'Europe, et particulièrement à Paris lors de visites quasi mensuelles.
En 1988, il partit pour New York où il enseigna aux côtés de Yamada Yoshimitsu tout en continuant à diriger régulièrement des stages dans le monde entier.
Combat contre soi-même
Sugano Seiichi se définissait comme un "voyageur", toujours intéressé par la découverte du reste du

L’évolution : Un état d’esprit ? – par Jean-Marc Chamot

Image d'illustration de l'article lecture l’évolution 160 un état d’esprit 160 160 8211 par jean marc 160Image d'illustration de l'article lecture l’évolution 160 un état d’esprit 160 160 8211 par jean marc 160

Mardi 7 avril 2020

L’évolution : Un état d’esprit ? – par Jean-Marc Chamot

Et si l'évolution n'était finalement pas autre chose qu'un état d'esprit ?
A travers un exposé bref mais érudit, Jean-Marc Chamot nous invite à nous plonger dans l’histoire de l’Aïkido et l’évolution de sa pratique et son enseignement, étudier le passé nous permettant d’éclairer le présent et de préparer le meilleur futur possible…
Ayant trouvés très intéressants les articles sur l'évolution de notre discipline publiés dans le précédent numéro de Dragon Magazine suite à l'article d'Emmanuel Betranhandy et étant agréablement surpris de constater les positions généralement confiantes des différents auteurs, j'ai proposé à Léo Tamaki – certes un peu tardivement – d'ajouter une petite présentation historique de l'évolution de l'Aïkido au Japon avec l'idée de compléter modestement le regard sur l'évolution de notre discipline... et de toucher du doigt l'esprit de l'Aïkido.
Pour commencer, il me semble nécessaire de rappeler que la « petite histoire » de l'Aïkido est indissociable de la Grande Histoire du monde car ce sont bien les bouleversements vécus par le Japon depuis l'ère Meiji qui ont provoqués l'émergence de personnages remarquables comme Takeda Sokaku et Ueshiba Moriheï ainsi que la création de leurs pratiques. Une grande partie des techniques que nous continuons à apprendre aujourd'hui et le cadre dans lequel nous le faisons sont le fruit "mûr" des mêmes mutations culturelles.
Rappelons pour mémoire que, dès la fin du XIXe siècle, la volonté de modernisation du Japon (via une occidentalisation du système politico-militaire) a été portée par une partie de la classe dirigeante, désireuse qu'elle était de démontrer le potentiel de la nation nippone au reste du monde.

Être en accord avec soi-même – par Jean-Marc ...

Image d'illustration de l'article lecture être en accord avec 160 jean marc chamotImage d'illustration de l'article lecture être en accord avec 160 jean marc chamot

Mardi 31 mars 2020

Être en accord avec soi-même – par Jean-Marc ...

Les deux termes "(Ki) Awase" et "(Ki)" Musubi font intrinsèquement [selon toute vraisemblance] partie de la nomenclature historique des arts martiaux japonais et ont existé bien avant que l'Aïkido "moderne" ne les emploie.
Alors qu'en apparence, ils relèvent plutôt de la sphère conceptuelle que du domaine technique ils jouent, en réalité, un rôle fondamental dans toutes les pratiques martiales nippones. En Aïkido leur usage est néanmoins plus spécifique puisque l'on peut avancer que c'est seulement lorsque Awase et Musubi sont mis en œuvre que le principe "Aïki" peut véritablement se manifester.
Comme toujours, il est nécessaire de définir d'abord un principe par des mots, aussi limitant soient-ils. Nous garderons donc à l'esprit que notre perception analytique bien française différera de celle d'un japonais dont la vision serait plutôt globale
Comme toujours également, si la première difficulté rencontrée par une analyse de ce type réside bien dans son besoin de clarification théorique, le second des soucis rencontrés par le pratiquant émergera lorsqu'il s'agira de mettre la "chose" en pratique.
AWASE et MUSUBI
Awase
Pour tenter de mettre en lumière le sens basique de ce terme, je vais passer par son emploi dans une autre discipline, en l'occurrence le Jodo. Dans cet art, on emploie généralement le terme "Awase" pragmatiquement, pour parler du moment où les pointes des armes en viennent à se croiser, lors de la prise de contact.
Il n'y a donc là rien d'incompatible avec la pratique escomptée en Aïkido, si l'on passe par exemple de l'image du Bokken à celle de la main-épée (Te-katana). Venant du verbe Awaseru qui signifie se rencontrer, le mot

Uke, le miroir de Tori – par Jean-Marc ...

Image d'illustration de l'article lecture uke le miroir de 160 jean marc chamotImage d'illustration de l'article lecture uke le miroir de 160 jean marc chamot

Mercredi 25 mars 2020

Uke, le miroir de Tori – par Jean-Marc ...

Écrire ne serait-ce que quelques mots sur la relation entre Tori et Uke (ou toute autre appellation plus ou moins acceptée de ces mêmes rôles), est loin d'être aisé car – au-delà des polémiques dont il fait l'objet – ce thème touche la plupart des aspects de notre discipline à des degrés divers.
Avant toute chose, il semble nécessaire de rappeler que notre pratique est corporelle et que la meilleure des explications théoriques ne sera jamais aussi pertinente que lorsqu'elle sera démontrée sur le tapis... Quand on aborde un tel sujet, conceptualisation et démonstration sont indissociables. Ce que je vais tenter est donc une véritable gageure.
I) L'HISTOIRE
Même s'il semble évident que, lorsque nous foulons aujourd'hui un tatami français, nous sommes assez loin de la réalité des champs de batailles japonais antérieurs au XVIIe siècle, il est toujours utile de revisiter un peu l'histoire avant d'aborder un quelconque sujet.
Il est maintenant de notoriété publique que les pratiques d'Aïkido sont en grande partie liées aux techniques de combat corps à corps (Yawara, Taï-jutsu ou Ju-jutsu) qui, par le passé, faisaient partie du curriculum de la plupart des écoles d'armes. Les méthodes et techniques que nous pratiquons encore dans l'Aïkido moderne sont majoritairement ‒ mais pas exclusivement ‒ un échantillon de celles parvenues jusqu'à Morihei Ueshiba via Sokaku Takeda, a priori héritier des techniques du clan du même nom. Ces techniques étaient elles-mêmes très probablement issues d'un des Ju-jutsu des castes supérieures du Japon médiéval et prenait en compte l'Oshikiuchi, l'étiquette aristocratique.
Ce rapide rappel historique ne vise qu'à mettre en perspective les diverses

Musée des Sabres de Bizen Osafune Japon

Image d'illustration de l'article photographie post-it musée des sabres de bizen osafune 160

Mardi 6 avril 2021

Musée des Sabres de Bizen Osafune Japon

Photographies prises par Christophe Godet.
Le mot du photographe:
J'ai pris ces photos au musée des sabres de Bizen Osafune entre Hiroshima et Osaka.
C'est perdu dans la campagne, ce qui a été rigolo est qu'une Japonaise également paumée m'a demandé son chemin.
Attenant au musée, il y a une forge active. Il est intéressant de noter qu'elle est composée de différents ateliers autour du bâtiment où des artisans ont des tâches spécifiques: tressage de la garde, fabrication du fourreau en bois...

Asnières sur Seine 28-11-2019 Tiki Shewan

Image d'illustration de l'article photographie asnières sur seine 28 11 2019 tiki shewan

Dimanche 24 mai 2020

Asnières sur Seine 28-11-2019 Tiki Shewan

Photographies prises lors du stage d'Asnières sur Seine, animé par Malcom Tiki Shewan, le 28 novembre 2019.

Le Havre 8-12-2018 Jean-Marc Chamot

Mardi 12 mai 2020

Le Havre 8-12-2018 Jean-Marc Chamot

Photographies prises lors du stage du Havre, animé par Jean-Marc Chamot, le 8 décembre 2018.

Kuroiwa Yoshio, démonstration, Tokyo, 1985

Mercredi 20 mai 2020

Kuroiwa Yoshio, démonstration, Tokyo, 1985

Kuroiwa Yoshio, « démonstration en costume », FRIENDSHIP DEMONSTRATION, Tokyo, 1985.

Happogiri – coupes dans les ... par Jean-Marc Spothelfer

Mardi 5 mai 2020

Happogiri – coupes dans les ... par Jean-Marc Spothelfer

Happogiri – coupes dans les 8 directions – par Jean-Marc Spothelfer.

Bokken – par Jean-Marc Chamot, ... 8 décembre 2018

Mardi 28 avril 2020

Bokken – par Jean-Marc Chamot, ... 8 décembre 2018

Bokken – par Jean-Marc Chamot, au Dojo VDB le 8 décembre 2018.

Ushiro Waza – par Jean-Marc ... 8 décembre 2019

Mardi 21 avril 2020

Ushiro Waza – par Jean-Marc ... 8 décembre 2019

Ushiro Waza – par Jean-Marc Chamot, au Dojo VDB le 8 décembre 2019.

Bokuto et aïkido – par ... 8 décembre 2019

Mardi 14 avril 2020

Bokuto et aïkido – par ... 8 décembre 2019

Bokuto et aïkido – par Jean-Marc Chamot, au Dojo VDB le 8 décembre 2019.

La préparation + aikido (Tenchi ... 8 décembre 2018

Mardi 7 avril 2020

La préparation + aikido (Tenchi ... 8 décembre 2018

La préparation + aikido (Tenchi Nage &amp; Naname) – par Jean-Marc Chamot, au Dojo VDB le 8 décembre 2018.

Le JO – par Jean-Marc ... 8 décembre 2018

Mardi 31 mars 2020

Le JO – par Jean-Marc ... 8 décembre 2018

Le JO – par Jean-Marc Chamot, au Dojo VDB le 8 décembre 2018.

La préparation – par Jean-Marc ... 8 décembre 2019

Mercredi 25 mars 2020

La préparation – par Jean-Marc ... 8 décembre 2019

La préparation – par Jean-Marc Chamot, au Dojo VDB le 8 décembre 2019.